Derniers articles

Catégories

Lourdes pertes financières pour des commerçants touchés par les inondations

9 mai 2019

Locaux inaccessibles, pertes financières, contrats en retard… des commerçants de Gatineau continuent de vivre les conséquences des inondations, trois semaines après le début de la crue printanière.

Dans le secteur de la rue Saint-Louis, des entrepreneurs rongent leur frein. Le printemps représente une des périodes les plus achalandées de l’année pour plusieurs des 149 commerces potentiellement touchés par les inondations, selon les informations de la Ville de Gatineau.

Ça nous affecte beaucoup du point de vue monétaire, avec des pertes de revenus, indique Julie Nault, propriétaire de Maintenance Auto Gatineau. Son commerce n’a pas subi de dommages en raison de l’eau, mais est inaccessible pour le moment.

Ses clients veulent faire changer leurs pneus, ainsi que faire l’inspection et l’entretien routiniers.

L’entreprise a été relocalisée dans les derniers jours, dans le but de répondre aux urgences de clients. Beaucoup de clients sont très compréhensifs, ils vont attendre qu’on revienne, soutient Mme Nault, avec de l’espoir dans la voix.

Roger Fortin vit une situation similaire et craint les répercussions financières. Le cordonnier se trouve isolé en raison des fermetures de rue.

Un monsieur est arrivé avec une boîte de chemise aujourd’hui pour faire de la broderie, mais il a dû venir avec des bottes à l’eau, explique le propriétaire de la Cordonnerie du coin Riviera.

Un client, autant fidèle qu’il peut l’être, s’il n’y a pas de service, il n’y a pas de service. Là, ça fait deux semaines qu’on ne peut pas les servir.

Roger Fortin, propriétaire de la Cordonnerie du coin Riviera

Le printemps est aussi synonyme de contrats lucratifs pour les entreprises de construction. Les partenaires de Toiture D.S. avouent que le moment est mal choisi.

On a eu beaucoup de problèmes, on n’a pas pu recevoir nos clients sur place, nos matériaux, la poste ne se rendait pas, l’accès pour nos employés et l’équipement était limité […] Les soumissions, tout est en retard, explique Nicolas Tanguay.

Des informations au compte-gouttes

Les commerçants des alentours de la rue Saint-Louis ne savent pas quand la circulation locale sera permise à nouveau, question de permettre aux clients de fréquenter leurs entreprises.

L’eau a baissé, mais les routes ne sont pas encore accessibles […] On n’a pas de réponse [de la Ville] à 100%, on prend l’information que les gens nous donnent sur le terrain, raconte Julie Nault.

Son voisin déplore lui aussi le manque de communication. On n’a aucun recours. On appelle régulièrement pour savoir ce qui se passe, on n’a pas de réponse. Le seul numéro qu’on a, c’est le 311 et le 311, on n’a jamais de réponse avec eux autres, mentionne Roger Fortin.

Par courriel, la Ville de Gatineau a indiqué qu’il n’y a pas de disposition particulière pour les commerçants. Ceux-ci ont accès aux mêmes services que ceux offerts aux citoyens comme les sacs de sable, le soutien psychologique offert par le CISSSO, etc.

La Municipalité assure faire des démarches auprès des entrepreneurs potentiellement touchés par la situation, question de vérifier quelle aide pourrait leur être offerte dans les circonstances.

Source: Radio-Canada